La reconnaissance par le travail

De l'atelier occupationnel à l'entreprise classique

L'atelier occupationnel de la Pyramide fonctionne depuis vingt-quatre ans. Il s'est développé progressivement. Aujourd'hui, dix-neuf personnes y travaillent, cinq jours par semaine.

Dès la porte franchie, on entre dans un véritable atelier, avec des modules de fabrication et dix-neuf postes de travail tenus par des personnes malvoyantes du foyer de la Pyramide où fréquentant l'accueil de jour du foyer.

L'aménagement tient compte de la déficience visuelle partielle ou totale, en privilégiant les contrastes, l'éclairage, les repères tactiles au sol ainsi que les aménagements internes.

Encadrés par Natacha Lautrette et Gérard Pouzet, les résidents travaillent au montage, à l'assemblage et au conditionnement de paniers de toutes sortes, de cintres, de poubelles de cuisine ou de salle de bain et de forme à chaussure que l'on retrouve dans tous les supermarchés.

« L'entreprise Laguelle nous confie une petite partie de sa production. Nous nous engageons sur un volume de travail lié à la capacité de production de nos résidents. Chaque semaine, une trentaine de palettes quittent l'atelier ».

Chaque poste de travail a été conçu par l'équipe d'encadrement pour adapter le travail aux malvoyants « Nous devons nous réadapter à chaque nouveau produit. Nous sommes en contact permanent avec l'entreprise qui facilite également notre travail, par exemple en apposant un point en braille sur les formes à chaussures permettant de distinguer le pied droit du pied gauche ».

Si le travail industriel est bien réel, le but de l'atelier est ailleurs, accompagner chaque résident vers un épanouissement personnel par l'intermédiaire d'une activité commune, tout en respectant les différences de chaque individu. « Les gens choisissent leur temps de présence, ça va de 4 heures à 17 heures par semaine. L'emploi du temps est personnel et individualisé, même s'ils tournent sur différents postes de travail en fonction de leurs possibilités ».

L'atelier est volontairement situé à l'extérieur du foyer, favorisant les aptitudes au déplacement en bus et un contact régulier avec l'extérieur.

Tout est fait pour que les résidents soient dans une situation de réussite à travers cette activité qui améliore le toucher, la préhension, l'adresse gestuelle, la représentation spatiale et les déplacements. « Des améliorations qui font évoluer leur vie au foyer ».

Un travail partagé qui porte ses fruits auprès de personnes en situation de handicap qui se sentent comme tout le monde et qui retrouvent une vraie identité sociale « On n'est plus des bons à rien. On ressemble aux autres, on va au boulot et on a l'occasion de prouver sa valeur ».

La vie du foyer la Pyramide s'organise autour de l'atelier dont les résultats sont épatants. Les évolutions personnelles sont visibles quotidiennement et une dizaine de personnes ont intégré des ESAT, une a été embauchée par l'entreprise

Source : http://www.lamontagne.fr/editions_locales/moulins/la_reconnaissance_par_le_travail@CARGNjFdJSsBFhgHCxs-.html
Site géré avec la Solution eCommerce par PowerBoutique